Notre manière de nous nourrir semble considérer que la viande, le poisson et les œufs sont les seules sources de protéines possibles. Il n’en est rien, mais il faut juste maitriser une équation diététique peu pratiquée dans l’alimentation traditionnelle française : l’association de céréales et de légumineuses, dans un même repas, permet de remplacer les protéines animalesQuelques explications scientifiques – simplifiées, je vous rassure – s’imposent. Les protéines animales sont dites « complètes » parce qu’elles contiennent  tous les acides aminés essentiels au renouvellement cellulaire. Les légumineuses et les céréales, quant à elles, contiennent des protéines «incomplètes», certains acides aminés essentiels manquant : les légumineuses manquent de méthionine, alors que les céréales sont généralement pauvres en lysine. En associant légumineuses et céréales, tous les acides aminés essentiels sont apportés à l’organisme et peuvent remplacer des protéines d’origine animale sans générer de carence. Les exemples dans la gastronomie internationale ne manquent pas : certaines variations de risotto, taboulés, pâtes aux légumes, tagine ou encore le Dahl indien en sont autant d’expressions.